Foire Aux Questions (FAQs)

Rechercher dans la FAQ

Afficher le filtre Masquer le filtre





Support 24/7

En plus de notre assistance technique (via le chat Dlubal ou par e-mail), notre site Web contient de nombreuses ressources disponibles en permanence.

Newsletter

Recevez régulièrement des informations telles que nos actualités, conseils pratiques, événements, offres et bons d'achat.

1 - 10 sur 137

Trier par:

Nombre par page:

  • Réponse

    Deux méthodes permettent de définir la défaillance:

    1. Attribution de la non-linéarité de barre
      Pour les types de barre «Poutre» et «Rigide», vous pouvez définir une non-linéarité de barre pour chaque barre. L'option correspondante se trouve dans l'onglet «Paramètres» (voir la Figure 01).

    2. Attribution des articulations de barre non linéaires
      Vous pouvez également définir une articulation d'extrémité de barre avec un critère de rupture pour la barre. Pour le degré de liberté souhaité, vous pouvez assigner la condition d'articulation avec non-linéarité en conséquence (voir la Figure 02).
  • Réponse

    Dans la plupart des cas, il est judicieux d'obtenir la force de cisaillement résultante ou une force de cisaillement appliquée sur la hauteur et pas nécessairement la distribution surfacique réelle. Il existe deux méthodes pour afficher les forces, qui sont expliquées à l'aide de l'exemple suivant (effort tranchant) et de la vidéo ci-contre.

    Analyse à l'aide d'une coupe
    La distribution peut être affichée sous forme de diagramme à l'aide d'une coupe. Le flux de cisaillement nxy est nécessaire pour obtenir l'effort de cisaillement de cet exemple (voir la Figure 01). Ce diagramme peut ensuite être évalué dans le diagramme de résultats, par exemple pour déterminer l'effort tranchant résultant. La résultante peut également être affichée graphiquement. Il est recommandé de ne pas créer la coupe directement sur la ligne de base de la surface si l'on veut négliger l'influence des appuis. Un phénomène se vérifie généralement : plus le maillage EF est fin, plus les résultats sont précis.

    Analyse à l'aide d'une poutre résultante
    Une autre possibilité consiste à utiliser une poutre résultante qui intègre les efforts internes de surface et sur laquelle ils sont affichés en tant qu'efforts internes. Si seuls les efforts internes sont requis, vous pouvez sélectionner une section quelconque car la poutre résultante n'introduit pas de rigidité supplémentaire dans le système. La poutre résultante présente l'avantage de permettre le calcul de la section assignée dans les modules additionnels.
  • Réponse

    Pour modéliser les poteaux, les nervures inférieures, les nervures supérieures, etc., vous pouvez utiliser des barres pour les panneaux en bois recouverts d'un côté.

    Si le panneau en bois est recouvert des deux côtés, il est recommandé de remplacer les barres par des surfaces. Les poteaux sont articulés vers le haut et la nervure inférieure. Vous pouvez ensuite définir le revêtement.

    Pour les surfaces en bois, assurez-vous d'utiliser le modèle de matériau orthotrope.

    Lors de la définition des appuis, vous pouvez décider s'ils doivent être linéaires ou non linéaires.

    La flexibilité de la connexion entre le revêtement et les barres peut être définie à l'aide de libérations linéiques. Les ressorts font référence à une longueur de 1 mètre (kN/m/m = kN/m²), ce qui explique pourquoi le module de déplacement de la fixation doit être multiplié par le nombre de fixations par mètre linéaire.

    Dans la vidéo, vous pouvez voir la procédure exacte. Il affiche d'abord les résultats, puis la modélisation.

  • Réponse

    La définition des forces est spécifiée dans la boîte de dialogue correspondante (voir la Figure 01). La force de friction maximale dépend de la charge dans la direction Y ou Z. Selon la formule d'interaction utilisée, il en résulte des forces de frottement différentes.

    Exemple

    Un appui doit transférer la force dans la direction globale X par friction. Le coefficient de frottement est de 0,1 pour toutes les directions. La force d'appuiPY est de 5 kN et la force d'appui PZ est de 10 kN.

    Il en résulte la force d'appui maximale suivante dans la direction X pour la non-linéarité « Friction PY 'PZ' ... »:

    ${\mathrm P}_{\mathrm X,\max}\;=\;{\mathrm\mu}_{\mathrm X}\;\cdot\;\sqrt{\;{\mathrm P}_{\mathrm Y}^2\;+\;{\mathrm P}_{\mathrm Z}^2}\\{\mathrm P}_{\mathrm X,\max}\;=\;0,1\;\cdot\;\sqrt{\;5^2\;+\;10^2}\;=\;1,118\;\mathrm{kN}$

    Pour la deuxième option « Friction PY '+ PZ' ... », la force d'appui maximale donne:

    ${\mathrm P}_{\mathrm X,\max}\;=\;{\mathrm\mu}_{\mathrm{XY}}\;\cdot\;\left|{\mathrm P}_{\mathrm Y}\right|\;+\;{\mathrm\mu}_{\mathrm{XZ}}\;\cdot\;\left|{\mathrm P}_{\mathrm Z}\right|\\{\mathrm P}_{\mathrm X,\max}\;=\;0,1\;\cdot\;5\;+\;0,1\;\cdot\;10\;=\;1,500\;\mathrm{kN}$

    Alors que la force d'appui résultante est utilisée pour déterminer la force de frottement dans la première option, les forces sont ajoutées linéairement dans la seconde option.

    Ainsi, le système représenté sur la Figure 02 devient instable à partir d'une force> 1,118 kN pour la première option et à partir d'une force> 1,500 kN pour la deuxième option.

  • Réponse

    Un fichier glTF contient un modèle 3D enregistré au format GL Transmission Format (glTF). Ce modèle 3D peut être visualisé dans n'importe quelle visionneuse glTF. B. peut être intégré à vos pages Web avec JavaScript. Voici un exemple:


    Ce modèle 3D est désormais enregistré par défaut avec les fichiers RFEM et RSTAB ou peut être exporté séparément (voir la Figure 01). Vous pouvez trouver plus d'exemples sur notre page d'accueil sous Téléchargements → Modèles à télécharger (voir le lien ci-dessous). Vous pouvez faire pivoter le modèle en maintenant le bouton de la souris enfoncé ou en zoomant avec la molette de la souris.

  • Réponse

    La convention de signe dépend de l'orientation de l'axe local z. Dans Données de base, vous pouvez définir son alignement (voir la Figure 01).

    Si l'axe Z global est orienté vers le bas, l'axe z local est automatiquement orienté vers le bas. Il n'est pas possible de les orienter vers le haut. Si l'axe z global est toujours aligné en haut, l'utilisateur peut aligner l'axe z local vers le haut ou le bas.

    Si l'axe z local est orienté vers le bas dans les données de base, les conditions suivantes s'appliquent:
    • Le moment fléchissant My est positif si des contraintes de traction apparaissent du côté de la barre positive (dans la direction de l'axe z). Mz est positif si des tensions du côté de la barre positive (dans la direction de l'axe y) impriment le résultat. La définition des signes pour les moments de torsion, les efforts normaux et tranchants est conforme aux conventions habituelles: Ces efforts internes sont positifs s'ils agissent en direction positive sur le côté positif de la section.
    Si l'axe z local est orienté vers le haut dans les données de base, les conditions suivantes s'appliquent:
    • Le moment fléchissant My est positif si des contraintes de compression se produisent du côté de la barre positive (dans la direction de l'axe z). Mz est positif lorsque (y dans la direction de l'axe) les tensions de train du côté de la barre positive résultent. La définition des signes pour les moments de torsion et les efforts normaux correspond aux conventions habituelles. Ces efforts internes sont positifs s'ils agissent en direction positive sur le côté positif de la section. Les efforts tranchants sont positifs s'ils agissent dans le sens négatif sur le bord de la section positive.
  • Réponse

    Oui, c'est possible, mais uniquement dans RFEM . Malheureusement, cette fonction n'existe pas dans RSTAB.

    Pour exporter les rigidités, vous devez activer les options indiquées dans la Figure 01 des Détails. Ainsi, les rigidités sont exportées vers RFEM avant le calcul et les efforts internes sont calculés en tenant compte des assemblages flexibles. Cependant, aucun autre modèle statique n'est créé, mais le modèle existant est modifié.

    Lorsque vous démarrez le calcul de RF-JOINTS, l'excentrement et la connexion sont transférés vers RFEM en tant que propriétés de barre et les libérations nodales sont également générées dans RFEM. Ces informations se trouvent dans les tableaux RFEM «1.14 Articulations de barre», «1.15 Excentrements de barre», «1.24 Libérations nodales» et «1.30 Connexions». Les efforts internes pour les calculs sont ensuite déterminés avec le modèle modifié.

    Il existe des options d'exportation pour toutes les barres pour lesquelles vous pouvez définir des excentrements et des articulations. S'il existe déjà des barres avec des articulations ou des treillis dans le modèle, des articulations de connexion supplémentaires entraîneraient des instabilités dans le calcul. Par conséquent, un message correspondant apparaît avant la fermeture de la boîte de dialogue.

    Dans les téléchargements disponibles à la fin de cette FAQ, vous trouverez un exemple dans lequel l'exportation de la rigidité n'est affichée que pour le nœud avant-toit. Si vous souhaitez considérer la flexibilité des éléments de fixation, vous devez définir tous les assemblages.

  • Réponse

    Le programme définit un nombre maximal de barres connectées ainsi qu'un angle minimal entre les barres afin d'effectuer un calcul fluide. Les conditions géométriques sont définies comme suit:

    • Nombre maximal de barres connectées: 8
    • Longueur minimale d'une barre: 42 cm
    • Angle minimal entre les barres: 15°

    Si ces conditions aux limites ne sont pas remplies, un calcul supplémentaire n'est pas possible.

  • Réponse

    Tout d'abord, vous devez déterminer s'il n'est pas plus facile pour les différentes règles de combinaison de définir manuellement les combinaisons de charges en plus des combinaisons générées automatiquement: S'il n'y a que quelques combinaisons de charges, elles peuvent être créées rapidement. Cependant, si l'effort est trop important en raison de nombreux cas de charge, vous pouvez procéder comme suit:

    Exemple

    Pour la règle de combinaison «séisme» selon l'EN 1990, la neige (≤ 1 000 m) doit être considérée avec 0,5 au lieu de ψ2 = 0,0. Pour la situation de calcul «Permanent/temporaire», cependant, soll2 doit être considéré comme 0,0 selon la norme.

    Afin de considérer des valeurs différentes pour les deux règles de combinaison, il est nécessaire de copier le cas de charge de neige et de changer la catégorie d'action du cas de charge copié sur «Autre» (voir la Figure 01).

    Figure 01 - Copie d'un cas de charge et attribution d'une catégorie d'action

    Par défaut, le facteur de combinaison ψ2 est stocké avec 0,5 pour cette catégorie d'action (voir la Figure 02).

    Figure 02 - coefficients de combinaison

    Si vous avez besoin d'une valeur différente, vous pouvez sélectionner une combinaison d'actions différente et adaptée au cas de charge copié. Si aucune catégorie d'action ne correspond à la valeur souhaitée, vous pouvez créer une norme définie par l'utilisateur. Vous trouverez la description de cette procédure sous le lien ci-dessous.

    Afin d'éviter la superposition des cas de charge 3 et 4 représentés sur la Figure 01, le cas de charge correspondant doit être exclu dans les expressions de combinaison. Pour ce faire, utilisez la fonction «Réduire le nombre de cas de charge ...» (voir la Figure 03).

    Figure 03 - réduction du nombre de cas de charge

    Vous pouvez ensuite assigner les cas de charge à combiner avec les expressions de combinaison correspondantes (voir les Figures 04 et 05).

    Figure 04 - Paramètres pour la situation de calcul permanente/temporaire

    Figure 05 - Paramètre pour la situation de calcul sismique

    Vous obtenez alors les combinaisons de charges souhaitées (voir la Figure 06).

    Figure 06 - Combinaisons de charges entièrement générées

  • Réponse

    Un angle de crête lâche peut être considéré pour les types de poutres 5 et 6, c'est-à-dire uniquement pour les types de poutres tangées tangées. Cette fonction n'existe pas pour les poutres de type 3 avec une semelle inférieure droite.

1 - 10 sur 137

Contactez-nous

Vous n'avez pas trouvé réponse à votre question ?
Contactez notre assistance technique gratuite par e-mail, via le chat Dlubal, sur notre forum international ou envoyez-nous votre question via notre formulaire en ligne.

+33 1 78 42 91 61

info@dlubal.fr

Premiers Pas

Premiers pas

Ici vous trouverez quelques trucs et astuces pour faciliter votre prise en main des logiciels de calcul de structure RFEM et RSTAB.

Simulation des flux d'air et génération des charges de vent

Le programme autonome RWIND Simulation vous permet de simuler les flux de vent sur des structures simples et complexes à l'aide d'une soufflerie numérique.

Les charges de vent générées qui agissent sur ces objets peuvent être importées dans RFEM et RSTAB.

Un excellent support technique

« Nous vous remercions de nous avoir donné des informations si utiles

et adressons nos compliments à l'équipe du support technique Dlubal. Nous sommes toujours impressionnés de voir la rapidité avec laquelle Dlubal fournit des réponses de qualité. J'ai souscrit à de nombreux contrats de service pour des logiciels de calcul de structure, mais votre assistance technique est de loin la meilleure. »