Disgracieux et dangereux : le 20 Fenchurch Street, à Londres, ou « Walkie-Talkie »

Blog Dlubal pour les ingénieurs civils et les ingénieurs structures

  • Programme autonome COMPOSITE-BEAM

Un gratte-ciel embêtant

La skyline de Londres est une curiosité en soi. Le « Walkie-Talkie », un gratte-ciel ouvert en 2015, provoque depuis lors beaucoup de mécontentement dans la capitale du Royaume-Uni. Dans cet article de blog, vous découvrirez exactement ce qui s'est passé et pourquoi le bâtiment a reçu le titre de structure la plus laide de l'année !

Nous, les humains, avons toujours été fascinés par les bâtiments spéciaux. En particulier ceux qui sont si haut dans le ciel que nous avons du mal à imaginer comment les humains peuvent créer quelque chose d'aussi impressionnant. Comment cela fonctionne-t-il et comment un bâtiment de cette taille, un gratte-ciel, résiste-t-il aux forces de la nature ?

Dans le secteur de la construction, nous avons bien entendu des réponses très spécifiques. Tout de même, ce n'est jamais sans un certain vertige que l'on contemple ces géants. Les gratte-ciels sont créés à partir de plans sophistiqués conçus par des esprits brillants, qui doivent prendre en compte toutes les circonstances et conditions possibles lors de la planification. Ce n'est pas toujours possible, comme ce cas le montre de manière impressionnante.

De quel bâtiment s'agit-il ?

Le gratte-ciel dont nous voulons parler est situé à Londres, plus précisément au centre, au 20 Fenchurch Street. Il est reconnaissable même de loin, car ses étages sont de plus en plus grands au fur et à mesure qu'on monte dans le bâtiment, tant et si bien que le dernier étage dépasse largement le plan au sol du building. Cette forme insolite a valu à l'immeuble des surnoms tels que « le Walkie-Talkie », et même « la pinte », comme il rappelle un verre de bière qui déborde.

Il a été conçu en 2004, par un célèbre architecte, Rafael Viñoly. Le building a été construit par les promoteurs immobiliers Land Securities et Canary Wharf Group, et inauguré en 2015, après cinq ans de chantier.

Sa surface en miroir concave devait initialement faire 200 m de haut, elle a été réduite à 160 m à cause de la proximité avec la Cathédrale St. Paul et la Tour de Londres. Enfin, les couloirs de visibilité par rapport aux monuments emblématiques de la ville doivent être préservés.

Ce bâtiment a la particularité d'avoir une forme particulière et un emplacement bien arrangé. Comme seul la façade sud est directement exposée au soleil, la façade est automatiquement ventilée et le bâtiment climatisé efficacement.

L'immeuble de bureaux comprend 37 étages, divers restaurants, barres et même sa propre brasserie. Le plus remarquable est le Skygarden, au 35e étage, le plus haut parc public de Londres ! Il s'étend sur trois étages avec beaucoup de verdure, des espaces de repos et une vue imprenable sur les sites incontournables de la ville. Des soirées et autres manifestations se déroulent ici.

Effet sur les Londoniens

Mais qu'ont dit les Londoniens à propos de leur nouveau gratte-ciel ? En fait, la plupart sont d'accord : l'industrie du bâtiment a créé une nouvelle mocheté ! Les premières oppositions se sont fait entendre lors de la construction.

Vu de l'extérieur, le walkie-talkie lui-même ressemble à un banquier aux larges épaules et au costume à rayures, qui se penche de manière presque menaçante sur toutes les maisons normales. Le « Guardian », le magazine le plus populaire d'Angleterre, l'appelle le diagramme de la cupidité, car il s'étend de plus en plus au fur et à mesure des étages. Tant mieux pour le propriétaire, car cela offre plus de place pour des bureaux plus chers aux derniers étages.

Cependant, le gratte-ciel n'a pas trouvé que peu de commentaires positifs parmi la population générale. Le Walkie-Talkie a reçu en 2015 la Carbuncle Cup. Vraiment, aucun ingénieur structure ne voudrait d'un tel « prix » pour son bâtiment. En effet, il s'agit d'un « prix » décerné par le Building Design Magazine qui « récompense » le bâtiment le plus laid du Royaume-Uni !

Le Walkie-Talkie, dangereux en plus d'être laid

« Attendez ! » nous direz-vous. Pour l'instant, nous avons juste dit que « The Pint » était surtout un danger pour les yeux. Le titre de cet article n'est-il pas un peu exagéré ? Absolument pas. L'esthétique est loin d'être le seul problème de ce gratte-ciel insolite.

Certains facteurs importants n'ont pas été pris en compte dans l'ingénierie de la structure. L’influence du bâtiment sur l’environnement a été négligée ou du moins fortement sous-estimée. Les premiers problèmes sont déjà survenus lors de la construction.

Vent forts

Le talkie-walkie, en tant que gratte-ciel en plein milieu de Londres, a un effet presque renversant, littéralement. En effet, le vent du sud-ouest se prend dans la façade incurvée de 36 étages de haut et provoque des courants descendants extrêmes qui peuvent même faire tomber à la renverse les piétons qui marchent en bas ! Même les enseignes des cafés s'envolent dans les airs.

Attention, chaud devant !

Il n'y a pas que les courants descendants qui posaient problème, sur le Walkie-Talkie. La forme inhabituelle du bâtiment a causé des dégâts bien plus dévastateurs. En effet, la façade vitrée concave donnant sur la rue a un effet de focale fatal. La façade sud concave réfléchissant les rayons du soleil et les concentrait, générant ainsi des températures allant jusqu'à 90°C !

Résultat : des magasins qui ont pris un coup de chaud de l'autre côté de la rue. Le paillasson d'un salon de coiffure en face du Walkie-Talkie a brulé en son centre. Les Londoniens ont d'abord tenté de prendre la chose avec humour et des vidéos sont devenues virales, montrant des reporters anglais en train de se faire cuire un œuf sur l'alcôve d'un magasin en face de l'immeuble devant la caméra (avec succès !).

Cependant, la courbure de la façade a fait plus de victimes. Plus d'une voiture garée au mauvais endroit a eu une partie de sa carrosserie qui a fondu. Le problème était connu, car en 2013, c'est-à-dire en plein cœur de la construction, des parties plastiques des carrosseries de voiture fondaient déjà. Cette histoire a atteint son point d'orgue quand deux heures de stationnement ont valu au propriétaire d'une Jaguar hors de prix 1000 livres sterling (soit environ 1250 euros) de réparation.

Les parties responsables ont mis du temps à répondre. Une grille à lamelles a été ajoutée par la suite, s'étendant aujourd'hui sur la façade vitrée afin de créer un effet d'ombre et d'éviter des dommages supplémentaires.

Comment éviter de telles erreurs ?

Lors de la planification professionnelle d'un bâtiment, il est important de prendre en compte tous les aspects, y compris l'effet sur son environnement. Ici, ce n'est pas seulement le calcul de structure en lui-même qui doit être irréprochable. Aujourd'hui, les calculs de l'influence du vent sont heureusement beaucoup plus simples.

La société Dlubal recommande à tous les ingénieurs structures le logiciel de simulation des flux de vent RWIND. Ce programme vous permet de déterminer rapidement et facilement la pression de la charge de vent et le comportement du flux de vent sur un bâtiment. Téléchargez dès aujourd'hui la version d'essai gratuite !

Ce n'est pas la première fois qu'on peut observer ce type de problème de concentration des rayons du soleil par des surfaces en verre sur un bâtiment conçu par Monsieur Viñoly. La façade de l'hôtel Vdara de Las Vegas, ouvert en 2003, a elle aussi quasiment formé un « rayon de la mort » qui se dirigeait vers le bas : les rayons du soleil concentrés tombaient directement sur la terrasse avec la piscine et les transats. Là encore, il a été nécessaire de trouver une solution après coup. Comment une chose pareille peut-elle arriver deux fois ? Nous n'avons malheureusement pas de réponse satisfaisante à cette question.

Lors de la planification de bâtiments, seule l'ombre portée est calculée, mais pas les effets du soleil. On voit ici à nouveau combien il est important de considérer un projet de construction dans sa globalité et surtout de tirer absolument les leçons des erreurs déjà commises.

Dans le cas du Walkie-Talkie, ou pinte, à Londres, un autre aspect a été négligé : les personnes elles-mêmes. En fin de compte, un tel bâtiment doit être créé pour profiter aux gens. Les Londress souhaitent être fiers de leur paysage urbain et de l'image de leur ville. Malheureusement, aucune valeur n’a été attribuée à l’opinion du public, ce qui s'est répercuté sur le prix du bâtiment le plus laid de 2015.

Auteur

Luisa Ruthe, B.A.

Luisa Ruthe, B.A.

Marketing

En tant que rédactrice en chef, Mme Ruthe est responsable de la création de textes créatifs et de titres captivants.

Mots-clés

Podcast Walkie-Talkie Londres Catastrophe de construction

Laissez un commentaire...

Laissez un commentaire...

  • Vues 1144x
  • Mis à jour 10 janvier 2024

Contactez-nous

Daniel Dlubal | Dlubal Software

Avez-vous des questions concernant des articles de blog ou des suggestions sur des sujets spécifiques ?

Partagez vos idées en envoyant un e-mail à notre rédacteur en chef, Daniel Dlubal. Nous sommes impatients de recevoir vos commentaires et suggestions.

[email protected]