Explication des non-linéarités d’appui sur exemple | 1.2 Translation

Article technique

Ce texte a été traduit par Google Translate Lire le texte source

RFEM et RSTAB fournissent de nombreuses variantes des définitions non linéaires des appuis nodaux. Dans la suite d'un article précédent , les autres possibilités de calcul de l'appui non-linéaire pour un appui déplaçable seront affichées par un simple exemple. Pour une meilleure compréhension, les résultats sont systématiquement comparés avec une définition d’appui linéaire.

Général

Chaque appui nodal a son propre système d’axe local. Les axes sont désignés comme X’, Y’ et Z’. Ce système d’axes d’appui est, par défaut, basé sur le système d’axes global du fichier RFEM/RSTAB. Toutefois, il est également possible de définir un système d’axes personnalisé ou une rotation. Dans l’exemple ci-dessous, les systèmes d’axes d’appui sont affichés. Les options pour les non-linéarités individuelles sont affichées pour le déplacement en X’. Les mêmes définitions s’appliquent pour les deux autres directions d’axes des appuis.

Remarque : La non-linéarité est toujours relative à la réaction d’appui agissante.

Diagramme : rupture

Figure 01 - Diagramme : rupture

Dans le diagramme, le comportement charge-déformation d’un appui peut être reproduit de manière très réaliste. Dans le cas d’un fluage, l’appui est en échec après avoir atteint la réaction d’appui positive la plus grande ou négative la plus petite. Les zones positive et négative peuvent être définies de manière indépendante. Dans la Figure 01, la charge agissante a été sélectionnée de manière à représenter l’état précédant la rupture.

Diagramme : fluage

Figure 02 - Diagramme : fluage

Si la déformation définie est atteinte, la réaction d’appui arrête d’augmenter dans les incréments de charge suivants. C’est état est désigné comme la « plastification ». La déformation peut encore augmenter, mais la réaction d’appui ne dépasse pas la valeur maximum définie. Il est possible de préciser une valeur maximum de manière indépendante pour la zone positive ou négative.

Diagramme : continu

Figure 03 - Diagramme : continu

Après avoir atteint la déformation maximum définie, la réaction d’appui et la déformation continue augmentent de manière linéaire. Le rapport est défini par le gradient de la ligne droite, décrite par les deux dernières entrées du diagramme.

Diagramme : arrêt

Figure 04 - Diagramme : arrêt

Tout comme la déformation supérieure à la dernière valeur dans le programme, l’effet de l’appui est entier. Le nœud est alors complètement préservé pour la direction définie.

Friction PY’

Figure 05 - Friction PY’

Dans cette situation, la définition d’appuis prend en compte la réaction d’appui agissante dans la direction Y’. La définition du coefficient de friction permet de définir la valeur maximum de la réaction d’appui en X’ relative à la réaction d’appui en Y’.

Friction PZ’

Figure 06 - Friction PZ’

La définition d’appui prend en compte la réaction d’appui agissant dans la direction Z’. La définition du coefficient de friction permet de définir la valeur maximum de la réaction d’appui en X’ relative à la réaction d’appui en Z’.

Friction PY’PZ’

Figure 07 - Friction PY’PZ’

Cette option vous permet de modéliser l’appui à l’aide du vecteur de PY’ et PZ’, ainsi que le coefficient de friction.

Friction PY’+PZ’

Figure 08 - Friction PY’+PZ’

Si l’appui est conçu de sorte que Y’ et Z’ aient des coefficients de friction différents, vous pouvez utiliser cette définition d’appuis. La réaction d’appui respective est multipliée par le coefficient de friction précisé, puis les deux composants sont additionnés pour former l’appui déterminant en X’.

Mots-Clés

Prend en charge la non-linéarité Déchirure Circuler Arrêtez Friction

Téléchargements

Liens

Contactez-nous

Contactez-nous

Des questions sur nos produits ? Besoin de conseils sur un projet ?
Contactez notre assistance technique gratuite par e-mail, via le chat Dlubal ou sur notre forum international. N'hésitez pas à consulter les nombreuses solutions et astuces de notre FAQ.

+33 1 78 42 91 61

info@dlubal.fr

RFEM Logiciel principal
RFEM 5.xx

Programme de base

Logiciel de calcul de structures aux éléments finis (MEF) pour les structures 2D et 3D composées de plaques, voiles, coques, barres (poutres), solides et éléments d'assemblage

Prix de la première licence
3 540,00 USD
RSTAB Logiciel principal
RSTAB 8.xx

Programme de base

Logiciel de calcul de structures filaires composées de charpentes, poutres et treillis. Il permet d'effectuer le calcul linéaire et non-linéaire et de déterminer les efforts internes, déformations et réactions d'appui

Prix de la première licence
2 550,00 USD