Foire Aux Questions (FAQs)

Rechercher dans la FAQ




Support 24/7

En plus de notre assistance technique (via le chat Dlubal, par exemple), notre site Web contient de nombreuses ressources pour vous aider à utiliser les produits de Dlubal Software.

Newsletter

Recevez régulièrement des informations telles que nos actualités, conseils pratiques, événements, offres et bons d'achat.

  • Réponse

    La définition du glissement est particulièrement difficile pour le solveur à cause du calcul non-linéaire. Vous trouverez ci-dessous des astuces pour éviter les instabilités.

    Étape de charge
    Lorsque l'on considère les non-linéarités, il est souvent difficile de trouver un équilibre. Les instabilités peuvent être évitées en appliquant la charge en plusieurs étapes (voir la Figure 01). Par exemple, si deux incréments de charge sont précisés, la moitié de la charge sera appliquée au premier pas. Les itérations sont appliquées jusqu'à ce que l'équilibre soit atteint. La charge complète est ensuite appliquée au système déjà déformé à la seconde étape et les itérations sont à nouveau effectuées jusqu'à ce que l'équilibre soit atteint. Veuillez noter que les incréments de charge ont un effet défavorable sur le temps de calcul. Ainsi, la valeur 1 (sans incrément de charge graduel) est prédéfinie dans la zone de texte. De plus, vous pouvez spécifier séparément pour chaque cas de charge et combinaison de charge le nombre d'incréments de charge que vous souhaitez appliquer (voir la Figure 02). Les paramètres globaux sont alors ignorés.

    Définition coulissante
    Glissement (par ex. dans une connexion) est défini à l'aide de la non-linéarité «Effet Partiel» (voir la Figure 03). Il peut être utilisé pour définir la déviation d'articulation à partir de laquelle les efforts doivent être transférés. Comme le montre le diagramme, la butée, c'est-à-dire la rigidité qui agit selon la déviation de l'articulation correspondante, est considérée comme rigide (branche verticale, voir les flèches rouges). Cependant, dans certaines circonstances, cela peut entraîner des problèmes numériques dans le calcul. Pour éviter cela, la rigidité qui intervient après le déplacement de la rotule doit être légèrement réduite. Un ressort très rigide définit cette caractéristique (voir la Figure 04).

    En plus de l'arrêt très rigide, des problèmes numériques peuvent survenir lors du glissement. Dans ce cas, une petite rigidité doit être considérée pour l'effet du glissement afin d'augmenter légèrement la branche horizontale. La rigidité doit être choisie si petite qu'elle n'a pas d'influence déterminante (voir la Figure 05). Cette situation est possible à l'aide de la non-linéarité «Diagramme».

    Disposition des articulations de barre
    Lors de l'agencement des articulations, veillez à ce qu'elles ne soient pas définies dans la même direction aux deux extrémités de la barre. Il y a donc un état dans lequel la barre n'est pas suffisamment soutenue et le système échoue déjà dans les premières itérations. Dans ce cas, le patinage d'un seul côté de la barre doit être défini et la taille du patinage ajustée en conséquence (voir la Figure 06).

  • Réponse

    La cause peut être la définition des excentrements de barre. Les lignes d'origine sont automatiquement masquées pour les barres excentriques. Dans certains cas, il peut sembler qu'une extrémité de barre n'est pas suffisamment soutenue (voir la Figure 01, à gauche). La ligne maillée agit en arrière-plan. Les barres peuvent être masquées dans le navigateur Afficher (voir la Figure 01, à droite).

    Sur la Figure 01, la ligne du nœud commun n'a pas été séparée géométriquement. Dans ce cas, aucune ligne de connexion graphique représentant l'excentrement n'est alors générée. Toutefois, en raison du paramètre affiché dans la Figure 02, le nœud est toujours en réseau avec la barre verticale.

    Pour visualiser la ligne de connexion graphique, il est recommandé de diviser la barre ou la ligne à ce nœud (voir la Figure 03).
  • Réponse

    L'aire de cisaillement est calculée comme suit:

    ${\mathrm A}_{\mathrm y}\;=\;\frac{{\mathrm I}_{\mathrm z}^2}{\int_{\mathrm A^\ast}\left({\displaystyle\frac{{\mathrm S}_{\mathrm z}}{\mathrm t^\ast}}\right)^2\operatorname d\mathrm A^\ast}$

    ${\mathrm A}_{\mathrm z}\;=\;\frac{{\mathrm I}_{\mathrm y}^2}{\int_{\mathrm A^\ast}\left({\displaystyle\frac{{\mathrm S}_{\mathrm y}}{\mathrm t^\ast}}\right)^2\operatorname d\mathrm A^\ast}$

    Ceux-ci incluent:

    I z ou I y :
    Moment d'ordre 2 du site par rapport à l'axe z ou y
    S z ou S y :
    Moment du premier degré de l'aire par rapport à l'axe z ou y
    t*:
    Épaisseur efficace de l'élément pour le transfert de cisaillement

    A *:

    Superficie basée sur l'épaisseur efficace de cisaillement t *

    L'épaisseur efficace de l'élément pour le transfert de cisaillement t * a une influence importante sur l'aire de cisaillement. Par conséquent, l'épaisseur efficace définie pour le transfert de cisaillement t * (Figure 1) des éléments doit être vérifiée.

  • Réponse

    Veuillez d'abord noter que les déformations locales des surfaces sont toujours rapportées au système non déformé. Par conséquent, pour un bâtiment à plusieurs étages, les déformations de l'étage supérieur incluent également les déformations des étages inférieurs, comme indiqué sur la Figure 01 à gauche.

    La Figure 01 à droite affiche le moment fléchissant correspondant my. Comme pour ce modèle simple, il est identique pour les étages. Dans ce cas, le calcul partiel des étages individuels ne pose aucun problème car la déformation relative semble identique pour chaque étage.

    Cependant, cela devient problématique si les éléments porteurs sont chargés différemment ou si la rigidité des éléments porteurs dans un plancher est différente. La Figure 02 affiche le moment de flexion my d'un tel système. La répartition, notamment entre le plafond et le dernier étage, montre les plus grandes différences. Dans ce cas particulier, des poteaux internes avec une section moins rigide ont été ajoutés aux poteaux d'angle. Pour cette raison, la déformation relative augmente avec chaque étage supplémentaire au centre par rapport aux poteaux de coin.

    Cette structure n'est donc pas disponible car les sols sont fabriqués les uns à la suite des autres et ainsi les déformations (par exemple dues au poids propre) sont compensées pour la structure du plafond au plancher. Il s'agit donc d'un problème structurel typique. La question se pose donc de savoir si les effets peuvent être négligés ou si, par exemple, vous devez par exemple analyser les résultats avec le module additionnel RF-STAGES.


  • Réponse

    Si la poutre résultante est définie correctement, il peut y avoir un maillage EF grossier dans la zone du linteau, ce qui entraîne des imprécisions grossières dans les résultats (dans ce cas, les efforts tranchants, voir la Figure 1).

    Figure 01 - Maillage EF brut

    Il est recommandé de créer une dizaine d'éléments finis au-dessus de la hauteur de l'ouverture de la porte. Par exemple, si la hauteur au-dessus de l'ouverture de la porte est de 0,5 m, une largeur de treillis EF cible de 0,05 m est suffisante pour que les résultats souhaités soient obtenus (voir la Figure 2: Efforts de cisaillement).

    Figure 02 - Treillis EF fin

    Les paramètres sont définis globalement (Menu → Calcul → Paramètres de maillage EF) ou à l'aide d'un raffinement de maillage EF local.

  • Réponse

    La considération des éléments courbés dépend de la finesse du maillage EF.
    Un élément EF a toujours des bords extérieurs droits.
    Si le maillage EF est sélectionné trop grossièrement, le résultat est un mappage très imprécis des éléments courbés avec des lignes droites.
    Si le paramètre global de la longueur cible des éléments finis est spécifié avec une précision suffisante dans «Calcul» → «Paramètres de maillage EF», vous pouvez également effectuer un raffinement du maillage EF local sur les nœuds, les lignes ou les surfaces.
  • Réponse

    En mode Visionneuse, tous les résultats, y compris les résultats du module dans le rapport d'impression, sont disponibles.

    Les restrictions suivantes sont cependant appliquées:
    Aucun calcul, modification et enregistrement, importation et exportation n'est possible. De plus, vous ne pouvez pas démarrer de module.
  • Réponse

    Les sections assignées aux classes 1 ou 2 sont définies par défaut par RF- / STEEL EC3. Pour pouvoir comparer les résultats avec RF- / STEEL ECM, veuillez activer la vérification élastique des sections de classes 1 et 2 (voir la Figure 2) dans RF- / STEEL EC3.

    Veuillez également vérifier que les facteurs partiels de sécurité γ pour les résistances des sections sont définis de manière identique dans les deux modules additionnels (voir les figures 3 et 4).

  • Réponse

    Il n'est pas possible de répondre globalement à cette question car elle dépend du système. Plusieurs divisions sont à considérer dans RFEM.

    1. Divisions de barre pour les tableaux de résultats
    Vous pouvez créer des divisions de barre pour les valeurs de résultat à l'aide du menu «Insérer> Données du modèle>« Divisions de barre. " Cette division garantit que z. Par exemple, les tableaux de résultats RFEM où les efforts internes des barres peuvent être affichés aux points intermédiaires. La sortie graphique reste inchangée.


    2. Divisions de barre
    Les divisions pour le diagramme de résultat graphique et la détermination de la valeur extrême peuvent être affichées et influencées dans les paramètres de maillage EF (voir la Figure 1).

    S'il s'agit de câbles, vous pouvez préciser le nombre de divisions internes des barres sur fondation, des barres à inertie variable ou encore des barres aux propriétés plastiques, ce qui mène à une vraie division de la barre par des nœuds intermédiaires. Néanmoins, si une barre est disposée sur une ligne de contour de surface, ou encore si la ligne de définition a un raffinement de maillage EF, le paramétrage n'a pas d'effet.

    Sélectionnez l'option Activer les divisions de barre pour l'analyse post-critique ou des grandes déformations afin d'également diviser les poutres par nœuds intermédiaires pour le calcul selon l'analyse des grandes déformations, permettant ainsi un calcul plus précis. Le nombre de divisions de barre est déterminé par le champ d'entrée du dessus.

    Si vous sélectionnez l'option Activer les divisions aussi pour les barres directes qui ne sont pas intégrées dans les surfaces, les nœuds EF seront générés sur toutes les barres libres et considérés pour le calcul linéaire statique et selon l'analyse du second ordre. La longueur des éléments finis est soit déterminée par la longueur visée globale lEF définie dans la section Général soit entrée manuellement.

    L'option Diviser par nœuds située sur l'option de barre crée des nœuds EF sur les emplacements de barre où les nœuds d'extrémité des autres barres se trouvent sans connexion entre les barres.
  • Réponse

    Si la section a été définie sur une ligne inutilisée, activez la case «Intégrer les objets non utilisés dans les surfaces» dans les paramètres de maillage EF. Sur la Figure 1, une section sur les lignes 7 et 12 est définie. La ligne 7 n'a pas d'autre fonction pour la surface 1. Ce n'est ni la ligne de démarcation de la surface 1, ni un appui ou une charge. Dans les paramètres de maillage EF, la case «Intégrer les objets non utilisés dans les surfaces» est désactivée afin qu'aucun diagramme de résultats ne soit affiché à la ligne 7. La ligne 12 est en revanche sollicitée pour que les diagrammes de résultats s'affichent sur cette ligne. Si la case «Intégrer les objets non utilisés dans les surfaces» est cochée, les diagrammes de résultats sont affichés à la ligne 7.

    Si la section traverse plusieurs surfaces, les surfaces correspondantes sont listées dans le champ «Sur la surface n °». section précisez. La Figure 2 montre une coupe des Surfaces 3 et 4. Dans le champ «Surfaces n °» Seule la surface 3 est spécifiée afin que les diagrammes de résultat ne s'affichent que sur cette surface. La surface 4 sera décrite dans la section «Surfaces n °». Les diagrammes de résultats sont affichés ici.

1 - 10 sur 125

Contactez-nous

Contactez-nous

Vous n'avez pas trouvé réponse à votre question ?
Contactez notre assistance technique gratuite par e-mail, via le chat Dlubal, sur notre forum international ou envoyez-nous votre question via notre formulaire en ligne.

+33 1 78 42 91 61

info@dlubal.fr

Premiers Pas

Premiers pas

Ici vous trouverez quelques trucs et astuces pour faciliter votre prise en main des logiciels de calcul de structure RFEM et RSTAB.

Un excellent service de support technique

« Mes compliments à l’équipe du support technique

J’aimerais vous remercier pour votre aide qui m’a été précieuse. Je suis toujours impressionné par la vitesse et la qualité des réponses fournies à mes questions. Je dispose de plusieurs contrats de service avec des acteurs du domaine du calcul de structure, mais votre support technique est de loin le meilleur. »