Foire Aux Questions (FAQs)

Rechercher dans la FAQ

Show Filter Hide Filter





Support 24/7

En plus de notre assistance technique (via le chat Dlubal, par exemple), notre site Web contient de nombreuses ressources pour vous aider à utiliser les produits de Dlubal Software.

Newsletter

Recevez régulièrement des informations telles que nos actualités, conseils pratiques, événements, offres et bons d'achat.

  • Réponse

    Dans RWIND Simulation, chaque surface du modèle exposée au flux de vent est considérée comme une « paroi lisse ». On a donc une couche limite dans les zones autour des parois, ce qui a une influence sur le profil de vitesse perpendiculairement à la paroi en fonction de la viscosité de l'air. Cette couche limite est réalisée dans RWIND Simulation selon la « loi de paroi ». Cette loi décrit le profil de vitesse perpendiculairement à une paroi et peut être représentée par les variables sans dimension u+ et y+.


    Variable sans dimension u+ :
    $\mathrm u^+=\frac{\mathrm U}{{\mathrm u}_{\mathrm\tau}}$
    Où :
    U : vitesse d'écoulement sur la paroi
    uτ : vitesse de friction

    Variable sans dimension y+ :
    $\mathrm y^+=\frac{{\mathrm u}_{\mathrm\tau}\cdot\mathrm y}{\mathrm\nu}$
    Où :
    y : distance à la paroi
    uτ : vitesse de friction
    ν : viscosité cinématique de l'air

    Avec la vitesse de friction uτ comme suit :
    ${\mathrm u}_{\mathrm\tau}=\sqrt{\frac{{\mathrm\tau}_{\mathrm w}}{\mathrm\rho}}$
    Où :
    τw : contrainte de cisaillement
    ρ : densité de l'air

    Le modèle de couche limite est décrit dans la couche partielle visqueuse adjacente à la paroi,
    $\mathrm u^+=\mathrm y^+$

    et dans la couche logarithmique qui en résulte
    $\mathrm u^+=\frac1{\mathrm\kappa}\cdot\ln\;\mathrm y^++\mathrm C$

    on obtient la distribution de vitesse suivante,

    où :
    κ : constante de Kármán (κ = 0,41 pour la simulation d'une paroi lisse)
    C : constante (C = 5 pour la simulation d'une paroi lisse)

    Pour que le processus de résolution soit relativement rapide et fiable, le programme définit le modèle de couche limite correspondant directement dans la première cellule à côté de la surface du modèle. La partie restante de la couche limite résulte de la solution obtenue grâce aux équations de Navier-Stokes appliquées globalement.



     

  • Réponse

    La fonction glisser-déposer est très utile pour travailler rapidement dans RSTAB et RFEM. Cette option doit d'abord être activée dans le menu contextuel (Figure 01).

    Si vous cliquez sur une barre ou une ligne près du nœud de début ou de fin dans la fenêtre de travail, vous pouvez rapidement définir graphiquement le nouveau point de connexion.

    Si vous sélectionnez une barre ou une ligne dans le tiers central, vous pouvez cependant simplement déplacer l'élément vers une nouvelle position.

    Si vous pressez la touche « Ctrl », les éléments marqués sont copiés.

    La vidéo ci-contre montre d'abord comment déplacer le point du début de la barre 2 du nœud 2 vers le nœud 4. Elle montre ensuite comment la barre 2 est déplacée vers une nouvelle position.

  • Réponse

    Il est recommandé de définir un glissement, dans ce cas. Pour ce faire, vous devez définir l'effet partiel sous « Non-linéarité » dans la boîte de dialogue « Modifier l'appui nodal ». Dans la boîte de dialogue « Non-linéarité - Effet partiel », vous pouvez définir un Glissement dans la zone correspondante. Le diagramme dans la partie gauche de la boîte de dialogue est utilisé pour le contrôle (voir la Figure 01).

    Figure 01 - Définition du glissement

  • Réponse

    La définition d'un glissement est particulièrement difficile pour le solveur à cause du calcul non linéaire. Voici des conseils pour éviter les instabilités.

    Incréments de charge
    Lorsque vous considérez les non-linéarités, il est souvent difficile de trouver un équilibre. Les instabilités peuvent être évitées en appliquant la charge en plusieurs étapes (voir la Figure 01). Par exemple, si deux incréments de charge ont été paramétrés, la moitié de la charge sera appliquée au premier pas. Les itérations sont alors appliquées jusqu'à ce que l'équilibre soit atteint. Puis, dans la seconde étape, la charge complète est appliquée au système déjà déformé et les itérations sont à nouveau effectuées jusqu'à ce que l'état d'équilibre soit atteint. Veuillez noter que les incréments de charge ont un effet défavorable sur le temps de calcul. Par conséquent, 1 (c'est-à-dire sans augmentation progressive de la charge) est prédéfini dans la zone de texte. De plus, vous pouvez définir séparément le nombre d'incréments de charge que vous souhaitez appliquer pour chaque cas de charge et chaque combinaison de charges (voir la Figure 02). Les paramètres globaux sont alors ignorés. 

    Définition du glissement
    Habituellement, le glissement (par exemple, dans une connexion) est défini par la non-linéarité « Activité partielle » (voir la Figure 03). Vous pouvez y préciser le déplacement de l'articulation à partir duquel les forces doivent être transférées. Comme vous pouvez le voir sur le diagramme, l'arrêt (c'est-à-dire la rigidité agissant en fonction du déplacement de l'articulation correspondant) est considéré comme rigide (branche verticale, voir les flèches rouges sur la Figure 03). Toutefois, ceci peut entraîner des problèmes numériques lors des calculs dans certaines circonstances. La rigidité, qui agit après le déplacement de l'articulation, doit être légèrement réduite pour éviter ce problème. Ceci est possible en définissant un ressort très rigide (voir la Figure 04).

    Outre cet arrêt très rigide, des problèmes numériques peuvent survenir lors du glissement. Dans ce cas, une petite rigidité doit être considérée pour l'effet du glissement afin d'augmenter légèrement la branche horizontale. Cette rigidité ne doit cependant pas avoir d'influence déterminante (voir la Figure 05), ce qui est possible à l'aide de la non-linéarité « Diagramme ».

    Disposition des articulations de barre
    Veillez à ce que les articulations ne soient pas définies dans la même direction aux deux extrémités de la barre lors de la disposition. De cette manière, la barre n'est pas suffisamment supportée et le système est défaillant dès les premières itérations. Dans ce cas, le glissement doit être défini sur un seul côté de la barre et la taille du glissement doit être ajustée en conséquence (voir la Figure 06).

  • Réponse

    Les composants horizontaux Ho et Hu permettent de calculer les fondations en blocs et les fondations à encuvements à parois lisses.

    Le moment de serrage à la base du poteau est alors converti en composante horizontale du côté supérieur (Ho) et du côté inférieur (Hu).

    Dans le cas de fondations en blocs et les fondations à encuvements à parois lisses, aucun composant vertical n'est calculé pour la vérification de l'ancrage

    (voir les Figures 01 et 02).

    La situation est différente pour les fondations en blocs et les fondations à encuvements à parois rugueuses. Vous pouvez alors activer la vérification de la longueur de recouvrement des armatures de l'encuvement dans Détails.

  • Réponse

    Nous souhaitons offrir à nos utilisateurs la plus grande liberté possible vis-à-vis des vérifications dans RF-/FOUNDATION Pro. Les vérifications selon l'EN 1992-1-1 et l'EN 1997-1 sont activées par défaut lors de la création d'un nouveau cas.


    Certaines peuvent être désactivées si une vérification s'avère superflue en raison de la structure de la fondation, ou à des fins de test et de vérification.

    Une vérification géotechnique selon l'EN 1997-1 au moins doit néanmoins être activée.

  • Réponse

    Si les perçages sont sujets à une grille régulière, ils peuvent être définis par les sections combinées (voir la Figure 01).

    Dans le cas contraire, il est toujours possible de réduire globalement la section pour les «Propriétés» (voir la Figure 02). Ainsi, une réduction générale de la rigidité de la section est réalisée. Il n'est malheureusement pas possible de distinguer les réductions de la zone de compression et de traction de la section. Cette option n'est disponible que pour une nouvelle modélisation de la section dans le programme SHAPE-THIN ou dans une famille de modules JOINTS dans la zone Connexions.

  • Réponse

    Le profil de sol dans RF- / FOUNDATION Pro n'est pas seulement requis pour la détermination des pressions de contact au sol admissibles.

    L'entrée du profil de sol est requise et activée lorsque l'une des vérifications suivantes est effectuée.
    - Vérification de la mise à la terre en déterminant la résistance selon EN 1997-1 Annexe D.
    - Calcul à plaque glissante
    Calcul du règlement

    Si la résistance de BASE est définie par l'utilisateur et que le calcul du tassement et le calcul de la structure de sécurité sont désactivés, l'évaluation du profil de sol n'est pas requise par le programme et la boîte de dialogue d'entrée du profil de sol est verrouillée.
  • Réponse

    Tout d'abord, la détermination de la résistance au glissement dans RF- / FOUNDATION Pro dépend de l'application de conditions de sol «drainé / drainé» ou «non drainé / non drainé».

    Vous trouverez ce paramètre dans la boîte de dialogue "1.1 Données de base" du module. Voir la Figure 01.

    Selon les conditions de fond sélectionnées, différentes formules sont appliquées pour la détermination de la résistance au glissement.

    Vous trouverez les formules dans le manuel de RF- / FOUNDATION Pro dans la section Théorie.
    Section 3.1.3 Calcul en géotechnique selon EN 1997-1 à partir de la page 40.

    Pour ouvrir le manuel, cliquez sur la touche [F1] au démarrage du module ou utilisez ce lien pour accéder à notre espace de téléchargement .

  • Réponse

    Dans l'écran de saisie 1.12 Paramètres membres ou 1.13 Paramètres membres Ensembles, vous pouvez définir des surfaces transversales nettes pour les épreuves conformément à l'EN 1993-1-1.

1 - 10 sur 14

Contactez-nous

Contactez-nous

Vous n'avez pas trouvé réponse à votre question ?
Contactez notre assistance technique gratuite par e-mail, via le chat Dlubal, sur notre forum international ou envoyez-nous votre question via notre formulaire en ligne.

+33 1 78 42 91 61

info@dlubal.fr

Premiers Pas

Premiers pas

Ici vous trouverez quelques trucs et astuces pour faciliter votre prise en main des logiciels de calcul de structure RFEM et RSTAB.

Simulation des flux d'air et génération des charges de vent

Le programme autonome RWIND Simulation vous permet de simuler les flux de vent sur des structures simples et complexes à l'aide d'une soufflerie numérique.

Les charges de vent générées qui agissent sur ces objets peuvent être importées dans RFEM et RSTAB.

Un excellent service de support technique

««Nous vous remercions pour vos précieuses informations.

Je voudrais féliciter votre équipe technique. Je suis toujours impressionné par la rapidité et la professionnalité de ces réponses. J'ai utilisé de nombreux logiciels sous contrat de support dans le domaine de l'analyse de structures, mais votre support est de loin le meilleur. "