Foire Aux Questions (FAQs)

Rechercher dans la FAQ




Support 24/7

En plus de notre assistance technique (via le chat Dlubal, par exemple), notre site Web contient de nombreuses ressources pour vous aider à utiliser les produits de Dlubal Software.

Newsletter

Recevez régulièrement des informations telles que nos actualités, conseils pratiques, événements, offres et bons d'achat.

  • Réponse

    Par défaut, la conception de la résistance au feu n'est pas implémentée dans le module RF-LAMINATE.

    Il est cependant possible de calculer vous-même les taux de combustion et de les considérer dans le module. L'exemple suivant explique ceci sur une plaque simple.

    Système (Figure 1):

    • 5 m de portée
    • Largeur de la dalle 2m
    • CC1 (permanent) 1kN/m² plus le poids propre
    • CC2 (moyenne) 2,5 kN/m²
    • 3 couches
      • S1, 35 mm, C24
      • S2, 20 mm, C24
      • S3, 35 mm, C24
    Vous trouverez des informations sur les facteurs de correction et les rigidités dans le fichier ci-joint.

    Facteurs de résistance au feu:

    • Vitesse de combustion ß0 = 0,65 mm/min
    • Zone de pyrolyse k0 d0 = 7 mm
    • Temps de combustion t = 30min
    • Épaisseur efficace def = t ß0 + k0 d0 = 30min x 0,65mm/min + 7mm = 26,5mm
    L'épaisseur résiduelle de la couche 3 = 35-26,5 = 8,5 mm> 3 mm => d'épaisseur peut être appliquée. (Photo 2)

    Une nouvelle matrice de rigidité est générée à cause de l'épaisseur modifiée des couches et est appliquée dans RFEM pour les combinaisons extraordinaires avec des valeurs de rigidité caractéristiques. Les valeurs de calcul sont calculées pour l'état limite ultime (Figure 3).
  • Réponse

    En principe, vous pouvez également effectuer une analyse détaillée dans RF-LAMINATE. Dans le cas d'une très forte distorsion de cisaillement, par exemple, il peut être raisonnable d'utiliser des solides orthotropes pour la modélisation. Cette vidéo montre une modélisation simple et une évaluation des résultats d'une structure de couche à l'aide de solides.

    Le facteur de correction du cisaillement est un critère, dès que la modélisation avec les solides est utile. Vous trouverez plus d'informations et d'autres critères dans la FAQ suivante:

  • Réponse

    La méthode la plus simple consiste à utiliser le module additionnel RF-/JOINTS Timber - Steel to Timber . À cette fin, le module décompose la connexion d'origine et crée un nouveau système structural qui considère la flexibilité en conséquence. Dans ce cas, l'état limite ultime, l'état limite de service et la situation de calcul accidentelle sont considérés séparément.
  • Réponse

    Le coefficient de Poisson est défini sous le matériau à l'aide de la boîte de dialogue Modifier le matériau.
  • Réponse

    L'effort VL est l'effort de cisaillement longitudinal entre la surface supérieure et la barre. Il est calculé comme un flux de cisaillement intégré entre la plaque et la barre en un point particulier de la barre.

    Pour l'exemple simplifié fourni ici, les valeurs de section résultantes pour la largeur d'intégration de 10 cm sont les suivantes:

    • $I_y=\frac{b\times h^3}{12}=\frac{10 cm\times20 cm^3}{12}=6666,67 cm^4$
    • $S_y=h_1\times b\times((h-e_z)-\frac{h_2}2)=10 cm\times10 cm\times((20 cm-10 cm)-\frac{10 cm}2)=500 cm^3$
    • $\tau=V_L=\frac{V_z\times S_y}{I_y\times b}=\frac{5,53 kN\times500 cm^3}{6666,67 cm^4}=0,415 kN/cm=41,5 kN/m$
    La largeur d'intégration a été définie sur 10 cm au total.

    Valeurs :
    • Iy deuxième moment de l'aire
    • Sy instant statique
    • h1 hauteur de la section supérieure
    • h2 hauteur de la section inférieure
    • ez distance centroïdale
    • h hauteur totale
    Les valeurs peuvent être ajustées pour une poutre en T.
  • Réponse

    Dans RFEM et RSTAB, les vérifications simplifiées du [1] Chapitre 2.2.3 ont été implémentées pour les combinaisons de charge automatiques. À proprement parler, seules les structures relatives à la déformation finale peuvent être analysées, dans lesquelles des matériaux avec un comportement au fluage identique ont lieu car les déformations au fluage sont considérées comme simplifiées du côté de la charge. Si la structure est une structure mixte en bois avec des propriétés de fluage différentes ou en combinaison avec de l'acier, les déformations finales doivent être déterminées selon [2] l' Amendement au 2.2.3 comme suit:

    «(4) Si une structure est composée de composants structuraux ou de composants ayant des propriétés de fluage différentes, les déformations à long terme doivent être calculées selon 2.3.2.2 (1) en raison de la combinaison quasi permanente d'actions avec les valeurs finales de la moyenne valeurs des modules d’élasticité, de cisaillement et de déplacement correspondants. La déformation finaleufin est ensuite calculée par superposition de la déformation initiale en raison de la différence des combinaisons d'actions caractéristiques et quasi-permanentes avec la déformation à long terme.

    Cependant, cela nécessite une superposition des résultats de différentes combinaisons de charges, qui ne peuvent pas être implémentées automatiquement dans RFEM et RSTAB.

    Si les différentes propriétés de fluage doivent être prises en compte, les combinaisons de charges doivent être créées manuellement et la rigidité doit être réduite en fonction du coefficient de fluage.
    La procédure est décrite à l'aide de l'exemple de plancher composite bois-béton présenté lors de la journée d'information 2017. Vous trouverez ci-dessous le lien ci-dessous.

  • Réponse

    Dans l'ASCE 7-16, la valeur conservatrice du facteur de rafale G pour les bâtiments rigides est de 0,85. Une valeur alternative et précise peut être calculée par un ingénieur. La réponse en rafale G f prend en compte la taille et la taille des rafales pour les bâtiments flexibles de manière similaire aux bâtiments rigides, mais prend également en compte l'amplification dynamique, y compris la vitesse du vent, la fréquence propre et le taux d'amortissement.

    Le facteur de rafale G ou G f est défini sur 1,0 dans RWIND Simulation. La structure est simulée de manière rigide dans une soufflerie numérique. Les charges qui sont à nouveau transférées dans RFEM sont appliquées à la structure élastique avec la rigidité considérée.

    Pour considérer un facteur autre que 1,0, vous pouvez ajuster le facteur de cas de charge de vent dans RFEM sous la combinaison de charge correspondante.
  • Réponse

    L'augmentation du facteur de fissure k cr doit être effectuée manuellement car le programme ne sait pas où est définie la fin du grain. Pour ce faire, divisez la barre par 1,5 m de l'extrémité du grain afin de pouvoir définir les zones affectées comme une barre séparée (voir la Figure 01).

    Deux cas de calcul sont désormais requis (Fichier → Nouveau cas ...). Dans le cas 1, les barres situées dans un rayon de 1,5 m sont sélectionnées pour le calcul. Dans le cas 2, il est nécessaire de sélectionner les barres pour lesquelles les 30% doivent être considérés. Puis, dans le cas 2, la valeur de k cr est ajustée manuellement dans les paramètres de l'Annexe nationale. Ainsi, ak cr de 0,65 résultats pour C24, qui est entré comme le montre la Figure 02. Le calcul est réalisé avec une valeur de k cr accrue.
  • Réponse

    Un assemblage surpressé entre deux barres peut être contrôlé dans RFEM à l'aide des résultats des contraintes des barres. Pour les barres, ce résultat de contrainte représente la contrainte efficace sous forme de dégradé de couleur sur la surface de la barre en fonction de la section assignée.

    Figure 01 - Contraintes sur les barres

    En se basant sur l'axe local de la barre, le résultat des contraintes de barre donne les composants de contrainte et les contraintes de référence suivants avec une palette de couleurs associée:

    • Contrainte
      • σx
      • τ y
      • τ z
    • Composants de contrainte élastique
      • σ N
      • σ My
      • σ Mz
      • σ N + My
      • σ N + Mz
      • σ M
    • Contraintes élastiques variables
      • σeqv,Mises
      • σ v, Trésor
      • σeqv,Rankine
      • σ v, Tresca + Rankine
      • σeqv,Bach

    L'affichage actif des contraintes des barres connectées à l'articulation et l'affichage des contraintes σ x permettent de visualiser l'état des contraintes sur, et donc entre les barres. Si seules des contraintes négatives apparaissent dans la zone entre les barres, le joint est surpressé.

  • Réponse

    Le facteur de correction du cisaillement est pris en compte dans le programme RF-LAMINATE à l'aide de l'équation suivante.


    $k_{z}=\frac{{\displaystyle\sum_i}G_{xz,i}A_i}{\left(\int_{-h/2}^{h/2}E_x(z)z^2\operatorname dz\right)^2}\int_{-h/2}^{h/2}\frac{\left(\int_z^{h/2}E_x(z)zd\overline z\right)^2}{G_{xz}(z)}\operatorname dz$

    avec $ \ int _ {- h/2} ^ {h/2} E_x (z) z ^ 2 \ operatorname dz = EI _ {, net} $

    Le calcul de la rigidité de cisaillement se trouve dans le manuel de RF-LAMINATE à la page 15.

    Pour la plaque de 10 cm d'épaisseur, la Figure 1 affiche le calcul du facteur de correction du cisaillement. Les équations utilisées ici ne sont valables que pour les structures à plaques symétriques simplifiées!

    Couchez_minz_maxE_x (z) (N/mm²)G_xz (z) (N/mm²)
    1-50-3011 000690
    [2]-30-1030050
    3-101011 000690
    103030050
    5305011 000690

    $\sum_iG_{xz,i}A_i=3\times0,02\times690+2\times0,02\times50=43,4N$

    $EI_{,net}=\sum_{i=1}^nE_{i;x}\frac{\mbox{$z$}_{i,max}^3-\mbox{$z$}_{i,min}^3}3$

    $=11000\left(\frac{-30^3}3+\frac{50^3}3\right)+300\left(\frac{-10^3}3+\frac{30^3}3\right)$

    $+11000\left(\frac{10^3}3+\frac{10^3}3\right)+300\left(\frac{30^3}3-\frac{10^3}3\right)+11000\left(\frac{50^3}3-\frac{30^3}3\right)$

    $=731,2\times10^6Nmm$

    $\int_{-h/2}^{h/2}\frac{\left(\int_z^{h/2}E_x(z)zd\overline z\right)^2}{G_{xz}(z)}\operatorname dz=\sum_{i=1}^n\frac1{G_{i;xz}}\left(χ_i^2(z_{i;max}-z_{i,min})\;χ_iE_{i,x}\frac{z_{i,max}^3-z_{i,min}^3}3+E_{i,x}^2\frac{z_{i,max}^5-z_{i,min}^5}{20}\right)$

    $χ_i=E_{i;x}\frac{z_{i;max}^2}2+\sum_{k=i+1}^nE_{k;x}\frac{z_{k,max}^2-z_{k,min}^2}2$


    χ 113,75 10 6
    χ 2
    8 935 10 6
    χ 3
    9,47 10 6
    χ 4
    8 935 10 6
    χ 5
    13,75 10 6


    $\sum_{i=1}^n\frac1{G_{i;yz}}\left(χ_i^2(z_{i,max}-z_{i,min})-χ_iE_{i,y}\frac{z_{i,max}^3-z_{i,min}^3}3+{E^2}_{i,y}\frac{z_{i,max}^5-z_{i,min}^5}{20}\right)=$


    8.4642 10 11
    3,147 10 13
    2,5 10 12
    3,147 10 13
    8.4642 10 11

    Total 6,7133 x 10 13

    $k_z=\frac{43,4}{{(731,2e^6)}^2}6,713284\;e^{13}=5,449\;e^{-3}$

    $D_{44}=\frac{{\displaystyle\sum_i}G_{xz,i}A_i}{k_z}=\frac{43,4}{5,449\;e^{-3}}=7964,7N/mm$

    Cela correspond à la valeur affichée dans RF-LAMINATE (Figure 2).

1 - 10 sur 128

Contactez-nous

Contactez-nous

Vous n'avez pas trouvé réponse à votre question ?
Contactez notre assistance technique gratuite par e-mail, via le chat Dlubal, sur notre forum international ou envoyez-nous votre question via notre formulaire en ligne.

+33 1 78 42 91 61

info@dlubal.fr

Premiers Pas

Premiers pas

Ici vous trouverez quelques trucs et astuces pour faciliter votre prise en main des logiciels de calcul de structure RFEM et RSTAB.

Simulation des flux d'air et génération des charges de vent

Le programme autonome RWIND Simulation vous permet de simuler les flux de vent sur des structures simples et complexes à l'aide d'une soufflerie numérique.

Les charges de vent générées qui agissent sur ces objets peuvent être importées dans RFEM et RSTAB.

Un excellent service de support technique

««Nous vous remercions pour vos précieuses informations.

Je voudrais féliciter votre équipe technique. Je suis toujours impressionné par la rapidité et la professionnalité de ces réponses. J'ai utilisé de nombreux logiciels sous contrat de support dans le domaine de l'analyse de structures, mais votre support est de loin le meilleur. "